FRANÇOIS JULES EDMOND GOT

(1822-1901)

 

 

 

L’artiste dramatique Edmond Got, né en 1822, participa, en tant que ”tincturier”, on dirait aujourd’hui ”nègre”, à la rédaction de l’ouvrage de Baucher. Cette affirmation est mise en doute par Decarpentry (1948 [1990]: 40), vu le peu d’expérience équestre d’un jeune étudiant de vingt ans, Got étant entré au Conservatoire en 1841. Admis en 1844 comme pensionnaire à la Comédie française, il deviendra sociétaire en 1850. Le Journal d’Edmond Got, publié par son fils Médéric en 1910, ne laisse planer aucun doute à ce sujet. Got avait été contacté par son professeur d’équitation, M. de Fitte, qui connaissait bien Baucher pour en avoir été le disciple.[1] Comme Baucher recherchait quelqu’un pour l’aider à rédiger son livre, de Fitte, connaissant les ambitions littéraires de son jeune élève qui, à cette époque, vivotait tant bien que mal de quelques piges dans divers journaux et revues, ne manqua pas de le mettre en contact avec Baucher.  

 

Voici comment Edmond Got nous raconte lui-même dans son Journal une reprise sous la direction du maître de manège Ed. de Fitte le 13 mai 1841 (Tome I, pages 49-50):

 

 

 

Got nous explique ensuite (30 janvier 1842), comment il fut présenté par de Fitte à François Baucher (Tome I, page 80):

 

 

 

 

 

Le 10 août 1842, Edmond Got nous parle de ses progrès en équitation et de la suite de sa collaboration avec Baucher (Tome I, page 88):

 

 

 

Le dernier document, également publié dans le Journal d’Edmond Got (Tome I, page 93),  est le programme d’une fête équestre au Manège de la Chaussée d’Antin:

 

 

 

 

 



[1] Ed. de Fitte est l’auteur d’un ardent plaidoyer en faveur de la méthode de Baucher, qui fut publié en 1843 sous le titre Revue des brochures et articles de journaux qui ont attaqué la nouvelle Méthode d’équitation de M. F. Baucher, par M. Ed. de Fitte, Directeur-propriétaire du Manège Duphot (53 pages).